Modele domiciliation irrévocable de salaire maroc

Le taux médian de population carcérale pour les pays d`Afrique de l`ouest est de 37 contre 267 dans les pays d`Afrique australe. Le tableau 1 montre la population carcérale pour les pays d`Afrique [46]. Le Maroc a une population carcérale de 54 542 datant de 2004. Le taux de population carcérale est de 175 par 100 000 de la population nationale. La condamnation à mort au Maroc existe encore. Au cours de l`année 2010, le Maroc a imposé 4 condamnations à mort. Toutefois, les autorités marocaines se sont abstenues d`exécuter ces condamnations à mort [47]. Le Maroc est considéré comme un pays abolitionniste, où ils conservent la peine de mort pour des crimes ordinaires tels que le meurtre, mais peuvent être considérés abolitionnistes dans la pratique en ce qu`ils n`ont pas exécuté quelqu`un au cours des 10 dernières années et sont censés avoir une politique ou pratique établie consistant à ne pas exécuter d`exécutions [48]. Le code pénal prévoit de sévères peines pour viol et autres formes de violences sexuelles; Toutefois, en raison des difficultés rencontrées pour établir la preuve du viol et des tabous entourant cette question, les femmes ont tendance à ne pas déclarer ces crimes [49]. Le Maroc possède plusieurs ressources naturelles clés telles que le minerai de fer, le plomb, le zinc, les phosphates, le manganèse, le poisson et le sel. Les grands tremblements de terre et les sécheresses périodiques créent des dangers naturels en raison du relief montagneux et du désert du Sahara [5].

Sur la base des différentes organisations militaires et d`application de la loi au Maroc, le type de taxonomie d`application de la Loi, selon Philip Reichel, serait multiple coordonné [76]. La raison pour laquelle le Maroc est tombé dans cette catégorie, c`est parce qu`elle a de nombreux types d`organismes d`application de la loi qui travaillent ensemble dans le traitement de la criminalité, la protection, la sécurité et d`autres tâches importantes nécessaires à la sécurité du pays. La Constitution du Maroc affirme que “l`autorité judiciaire est indépendante du pouvoir législatif et du pouvoir exécutif”. Les magistrats sont nommés par Dahir sur proposition du Haut Conseil de la magistrature [35]. Le Maroc a de nombreux tribunaux qui ont des buts et des compétences différents dans tout le pays. La police du Maroc a été créée par les autorités coloniales Français et reste basée sur le modèle Français. Cependant, lorsque la longue lutte du Maroc pour l`indépendance de la France (et de l`Espagne) s`est achevée en 1956, les forces de police existantes avaient pratiquement cessé d`exister. Le nouveau gouvernement a rapidement créé une force de police en reconstituant les éléments qu`il pouvait faire de la police coloniale, en les pavant avec d`anciennes unités guérilleros et en utilisant des conseillers Français. [54]. en mai, un décret gouvernemental a créé la nouvelle force: la surete nationale, sous l`intérieur (et plus tard la défense), le ministre Muhammad Oufkir. Il a construit cette force dans une force centralisée, puissante, indépendante et souvent impitoyable. Au cours des années 1960, l`opposition au gouvernement s`est développée et, en 1965, le gouvernement a déclaré un état d`urgence qui a duré jusqu`à 1970.

Après des émeutes à Casablanca en 1965, le SURETE fut également réorganisé en tant qu`organisation autonome, directement responsable du roi. 33 après des tentatives de coup d`État au début des années 1970, le roi fortifie la Gendarmerie paramilitaire pour équilibrer le pouvoir de l`armée.